Fictions radio

« La fin de l’été » – Fiction radiophonique (2020)

Publié le

Cette fiction radiophonique est une adaptation de la pièce éponyme écrite par Françoise LONGEARD qui fut jouée à Toulouse en 2018.

Résumé

Jill et Luce sont femmes ; Jill et Luce sont filles, elles sont sœurs.

En ce 10 septembre, quelques jours à peine après la mort de leur mère, les voilà seules dans la maison familiale.

Pour Jill et Luce, cette « fin de l’été » est, d’abord, la disparition sidérante de l’enfance; une enfance éclairée par la présence aimante et créative d’un père, assombrie par la froideur d’une mère, hantée par la disparition d’un frère aîné.

Malgré leur histoire commune et leur tendresse partagée, Jill et Luce ont engagé leurs vies sur des voies radicalement différentes. 

C’est parce qu’elle croit en « l’humain » que Luce trouve la force de ses combats et de ses révoltes…

Pour Jill, au contraire, seul le monde animal, et particulièrement celui des oiseaux, semble digne d’attention et porteur d’enseignement…

« La fin de l’été » sera donc, pour les deux sœurs, le moment éprouvant d’une confrontation, celle de leurs façons respectives de vouloir ou de pouvoir « être au monde ».

Mais, grâce à l’amour indéfectible qu’elles se portent, la fin de l’été deviendra, pour chacune d’entre elles, le début d’une nouvelle saison, à la fois plus nuancée et plus assumée.

Avec Dominique BRU (Jill), Françoise LONGEARD (Luce), Anne BOURGÈS (la voix de Maman, direction d’actrices), Jean MENDEZ (guitares électrique et acoustique), Hélène HIQUILY (voix off).

Réalisation Luis MENDEZ

Jean Mendez
Luis Mendez

http://memaudio.fr/

Nouveautés

« Francesco Pittau, invité de l’émission La poésie c’est Je Dis » sur Radio Coteaux le 15 avril 2021

Publié le

Francesco Pittau est né en Sardaigne en 1956, Après des études aux Beaux – Arts de Mons, il s’installe à Bruxelles. Un temps directeur de collection aux éditions Belem, il se consacre depuis à la littérature jeunesse. C’est avec sa camarade de promotions Bernadette Gervais, qu’il a collaboré le plus souvent, notamment pour Les couleurs, en 2014, chez Albin Michel Jeunesse. Il est également poète pour les adultes et il compte plus d’une centaine de titres à son actif. Il vit actuellement en Belgique.

« Le quotidien n’est pas simple, je trouve qu’il est très complexe » Francesco Pittau

L’émission était animée par Isa Fouillet et Patrick Martinez

https://maplumesurlacommode.wordpress.com/

http://www.seuiljeunesse.com/ouvrage/on-echange-bernadette-gervais/9791023513219

http://www.radiocoteaux.com/

https://www.facebook.com/isa.fouillet

Conférences - Débats

« 1871, La Commune de Toulouse » partie 1, table ronde du 12 avril 2021, au pavillon République.

Publié le

Photo: Armand DUPORTAL, député de la Haute-Garonne de 1876 à 1887

Il y a 150 ans, le 25 mars 1871, était proclamée la Commune de Toulouse depuis le balcon de l’Hôtel de ville, place du Capitole. Ce mouvement social toulousain survient quelques jours après la création de La Commune de Paris, un soulèvement majeur du peuple parisien entre le 18 mars et le 28 mai 1871, qui souhaite alors défendre les valeurs émancipatrices de la République en s’opposant à l’assemblée à majorité monarchiste élue en février 1871, représentée par Adolphe Thiers, alors chef du gouvernement.

La Commune de Toulouse a été de courte durée et s’est éteinte le 27 mars. Pendant ces 3 jours, des affrontements ont opposé les insurgés, qui se revendiquent comme patriotes et anticléricaux, à des « bataillons de l’ordre » issus des quartiers bourgeois dans le centre-ville de Toulouse. A l’issue de cette insurrection, une partie des « communards » arrêtée par les forces de l’ordre aurait été emprisonnée dans l’ancienne prison de Furgole, située sur la place des Hauts-Murats à Toulouse, dans laquelle ont également été enfermés d’illustres résistants au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

Avec la participation de :

Rémy Pech, historien

  • 1871 La Commune, de la révolte au compromis républicain, éditions Midi-Pyrénéennes, 2019
  • Histoire de Toulouse et de la Métropole, sous la direction de Jean-Marc Olivier et de Rémy pech, Privat, 2019.

Laure Godineau, maîtresse de conférence en Histoire contemporaine à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité.

  • La Commune de Paris, par ceux qui l’ont vécue, éditions Parigramme, 2010
  • La Commune de 1871 expliquée en images, Seuil, 2021
  • La Commune de 1871 : une relecture, Créaphis Éditions, 2019, rééd. augmentée, 2020 (avec Marc César).

Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau

  • Les socialistes et la construction européenne (1958-2008),
  • L’Encyclopédie du socialisme/Bruno Leprince, 2008
  • Les socialistes et la régionalisation (1945-2007),
  • Penser et construire l’Europe (1919-1992), Bréal, 2007 (avec Michel Catala).

Alain Raynal, président de l’IRHS-CGT (Institut Régional de l’Histoire Sociale), ancien journaliste à l’Humanité.

  • directeur de publication Institut régional d’Histoire sociale Midi-Pyrénées, revue Repères

Jean-Louis Morlighem, professeur agrégé de lettres classiques au lycée Saint-Sernin de Toulouse.

Cette table ronde s’est déroulée au pavillon République de Conseil Départemental de Haute-Garonne à Toulouse, elle était animée par Bruno Canredon.

Vous avez la possibilité de suivre l’exposition virtuelle sur la Commune de Toulouse en cliquant sur le lien ci dessous

https://www.calameo.com/books/00447124817e887f6d9bc

Conférences - Débats

« 1871, La Commune de Toulouse » partie 2, table ronde du 12 avril 2021, au pavillon République.

Publié le

Il y a 150 ans, le 25 mars 1871, était proclamée la Commune de Toulouse depuis le balcon de l’Hôtel de ville, place du Capitole. Ce mouvement social toulousain survient quelques jours après la création de La Commune de Paris, un soulèvement majeur du peuple parisien entre le 18 mars et le 28 mai 1871, qui souhaite alors défendre les valeurs émancipatrices de la République en s’opposant à l’assemblée à majorité monarchiste élue en février 1871, représentée par Adolphe Thiers, alors chef du gouvernement.

La Commune de Toulouse a été de courte durée et s’est éteinte le 27 mars. Pendant ces 3 jours, des affrontements ont opposé les insurgés, qui se revendiquent comme patriotes et anticléricaux, à des « bataillons de l’ordre » issus des quartiers bourgeois dans le centre-ville de Toulouse. A l’issue de cette insurrection, une partie des « communards » arrêtée par les forces de l’ordre aurait été emprisonnée dans l’ancienne prison de Furgole, située sur la place des Hauts-Murats à Toulouse, dans laquelle ont également été enfermés d’illustres résistants au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

Avec la participation de :

Rémy Pech, historien

  • 1871 La Commune, de la révolte au compromis républicain, éditions Midi-Pyrénéennes, 2019
  • Histoire de Toulouse et de la Métropole, sous la direction de Jean-Marc Olivier et de Rémy pech, Privat, 2019.

Laure Godineau, maîtresse de conférence en Histoire contemporaine à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité.

  • La Commune de Paris, par ceux qui l’ont vécue, éditions Parigramme, 2010
  • La Commune de 1871 expliquée en images, Seuil, 2021
  • La Commune de 1871 : une relecture, Créaphis Éditions, 2019, rééd. augmentée, 2020 (avec Marc César).

Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau

  • Les socialistes et la construction européenne (1958-2008),
  • L’Encyclopédie du socialisme/Bruno Leprince, 2008
  • Les socialistes et la régionalisation (1945-2007),
  • Penser et construire l’Europe (1919-1992), Bréal, 2007 (avec Michel Catala).

Alain Raynal, président de l’IRHS-CGT (Institut Régional de l’Histoire Sociale), ancien journaliste à l’Humanité.

  • directeur de publication Institut régional d’Histoire sociale Midi-Pyrénées, revue Repères

Jean-Louis Morlighem, professeur agrégé de lettres classiques au lycée Saint-Sernin de Toulouse.

Cette table ronde s’est déroulée au pavillon République de Conseil Départemental de Haute-Garonne à Toulouse, elle était animée par Bruno Canredon.

Vous avez la possibilité de suivre l’exposition virtuelle sur la Commune de Toulouse en cliquant sur le lien ci dessous

https://www.calameo.com/books/00447124817e887f6d9bc

Conférences - Débats

« LGBTQI+, de l’acceptation à l’inclusion » – Partie 1, table ronde du 2 mars 2021, au pavillon République à Toulouse.

Publié le

Les 3ièmes rencontres de l’égalité se sont déroulées du 1ier au 6 mars 2021, organisées par le Conseil départemental de Haute-Garonne, à l’initiative  de Vincent GIBERT, conseiller départemental en charge du programme d’actions contre toutes les formes de discriminations : « les « Chemins de la République ».

Si la LGBTQI+ phobie a fortement régressé ces dernières années, parallèlement à la reconnaissance juridique des droits, force est de constater que des formes d’hétérosexisme restent prégnantes dans la société française.

L’évolution positive du regard des Français sur les personnes LGBTQI+, reste confrontée à une persistance des préjugés et discriminations.

Quels chemins reste-t-il à parcourir dans la représentation médiatique et culturelle, dans le monde sportif, pour la prévention en entreprise, comment aborder les problématiques des séniors, des migrants, des jeunes, le coming out, l’outing, la PMA, ou encore la situation des personnes LGBTQI+ en milieu rural… pour aller vers l’inclusion ?

Regards croisés de militants LGBTQI+, avec :

  • Jérémy Perrard (Pride)
  • Jean-Michel Pugnières (Contact)
  • Francoise Lanfant-Piquemal  (ACCEPPT)
  • Emmanuel Fesselier  (président Tou’Win Rugby)
  • et  Florent Della-Croce  (vice-président Tou’Win Rugby)

La table ronde était animée par Jean-Luc Laronce

https://pridetoulouse.com/

https://www.asso-contact.org/asso/31

http://net1901.org/association/ASSOCIATION-CONVIVIALE-ET-CULTURELLE-DECHANGES-ET-DE-PARTAGE-POUR-TOUS-ACCEPPT,183744.html

https://www.touwin.com/lassociation-touwin/#:~:text=Elle%20r%C3%A9unit%20des%20personnes%20autour,%C3%A0%20XV%2C%20homos%20et%20h%C3%A9t%C3%A9ros.

Conférences - Débats

« LGBTQI+, de l’acceptation à l’inclusion » – Partie 2 – Table ronde du 2 mars 2021, pavillon République à Toulouse.

Publié le

Si la LGBTQI+ phobie a fortement régressé ces dernières années, parallèlement à la reconnaissance juridique des droits, force est de constater que des formes d’hétérosexisme restent prégnantes dans la société française.

L’évolution positive du regard des Français sur les personnes LGBTQI+, reste confrontée à une persistance des préjugés et discriminations.

Quels chemins reste-t-il à parcourir dans la représentation médiatique et culturelle, dans le monde sportif, pour la prévention en entreprise, comment aborder les problématiques des séniors, des migrants, des jeunes, le coming out, l’outing, la PMA, ou encore la situation des personnes LGBTQI+ en milieu rural… pour aller vers l’inclusion ?

Regards croisés de militants LGBTQI+, avec :

  • Jérémy Perrard (Pride)
  • Jean-Michel Pugnières (Contact)
  • Francoise Lanfant-Piquemal  (ACCEPT)
  • Emmanuel Fesselier  (président Tou’Win Rugby)
  • et  Florent Della-Croce  (vice-président Tou’Win Rugby)

La table ronde était animée par Jean-Luc Laronce

Conférences - Débats

« Une autre vision de la Birmanie? », conférence du 01 avril 2021, organisée par Les Amis du Monde diplomatique de l’Aude.

Publié le

Avec la participation de:

Christine Chaumeau, auteure de « La jeunesse birmane défie la junte » publié dans Le Monde diplomatique de mars 2021. Craignant de perdre leurs privilèges, les militaires birmans ont accaparé le pouvoir et arrêté des dirigeants élus. Mme Aung San Suu Kyi est poursuivie pour « détention illégale de talkie-walkie » et pour « non-respect de la loi sur les désastres naturels ». Trois semaines après le coup d’État et malgré la répression qui se durcissait, la population continuait à manifester dans tout le pays.

Jérôme Sales de Gauzy, professeur de médecine, chirurgien à l’hôpital des enfants à Purpan. Il travaille depuis 25 ans par intermittence en Birmanie, pour mieux organiser l’orthopédie pédiatrique là-bas. C’est un proche du Professeur Zaw, qui est un des leaders de l’opposition démocratique constituée au travers de la CDM (Civil Disobedience Movement) et tout récemment d’un gouvernement légal opposé à la junte, un mois après le coup d’État militaire qui a renversé le gouvernement d’Aung San Suu Kyi.


La rencontre était animée par Bernard Dauphiné des AMD de Carcassonne et Jean-Pierre Crémoux des AMD de Toulouse. La mise en relation avec les internautes était assurée par Dany Bruet, des AMD d’Aix en Provence.

https://www.amisdiplo11.org/

https://www.amis.monde-diplomatique.fr/-Toulouse-.html

Conférences - Débats

« Quels héritages des luttes antiracistes, les enjeux de l’approche universaliste » Partie 1 – conférence-débat du 4 mars 2021

Publié le

Les 3ièmes rencontres de l’égalité se sont déroulées du 1ier au 6 mars 2021, organisées par le Conseil départemental de Haute-Garonne, à l’initiative  de Vincent GIBERT, conseiller départemental en charge du programme d’actions contre toutes les formes de discriminations : « les « Chemins de la République ».

Le rapport 2020 sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) souligne une nouvelle progression des manifestations antisémites, accompagnée d’un fort accroissement des faits racistes et xénophobes, traduisant une montée des extrémismes identitaires et un climat de tension anxiogène. La diffusion de propos haineux sur internet et dans les médias progresse elle aussi très fortement.

Les récentes mobilisations suite à l’affaire Georges Floyd font ressortir des approches différentes entre les mouvements anti racistes, certains mouvements semblent adopter une grille de lecture et viser une lutte plus catégorielle.

Est-on en train de passer de l’idéal universaliste, sur lequel s’appuie l’antiracisme militant, à des luttes et des revendications catégorielles ?

Avec :

  • Séraphin Alava, Expert UNESCO sur la haine en ligne
  • Hermann Ebongue,  Secrétaire général de SOS Racisme
  • Dominique Sopo, Président de SOS Racisme
  • Benedetto Zacchiroli, Président Coalition Européenne de Villes Contre le Racisme (ECCAR), Adjoint au Maire de Bologne

La soirée était animée par Jean-Luc Laronce

Conférences - Débats

« Quels héritages des luttes antiracistes, les enjeux de l’approche universaliste » Partie 2, Conférence – débat du 4 mars 2021.

Publié le

Le rapport 2020 sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) souligne une nouvelle progression des manifestations antisémites, accompagnée d’un fort accroissement des faits racistes et xénophobes, traduisant une montée des extrémismes identitaires et un climat de tension anxiogène. La diffusion de propos haineux sur internet et dans les médias progresse elle aussi très fortement.

Les récentes mobilisations suite à l’affaire Georges Floyd font ressortir des approches différentes entre les mouvements anti racistes, certains mouvements semblent adopter une grille de lecture et viser une lutte plus catégorielle.

Est-on en train de passer de l’idéal universaliste, sur lequel s’appuie l’antiracisme militant, à des luttes et des revendications catégorielles ?

Avec :

  • Séraphin Alava, Expert UNESCO sur la haine en ligne
  • Hermann Ebongue,  Secrétaire général de SOS Racisme
  • Dominique Sopo, Président de SOS Racisme
  • Benedetto Zacchiroli, Président Coalition Européenne de Villes Contre le Racisme (ECCAR), Adjoint au Maire de Bologne

La soirée était animée par Jean-Luc Laronce

Entretiens - interviews

« L’universalisme pour faire reculer les extrémismes antisémites » , entretien avec Iannis RODER, le 01 mars 2021.

Publié le
Cet entretien s’est déroulé le 1ier mars 2021, au pavillon République du Conseil départemental de Haute-Garonne à Toulouse.

Les 3ièmes rencontres de l’égalité se sont déroulées du 1ier au 6 mars 2021, organisées par le Conseil départemental de Haute-Garonne, à l’initiative  de Vincent GIBERT, conseiller départemental en charge du programme d’actions contre toutes les formes de discriminations : « les « Chemins de la République ».

L’antisémitisme, le racisme, la xénophobie et les autres types d’intolérance et de discrimination menacent la sécurité des individus et des communautés qui en sont les cibles, mais mettent aussi en péril la cohésion sociale et les valeurs démocratiques. Les préjugés antisémites restent très forts dans toute l’Europe, touchant toutes les classes sociales et toutes les confessions. Le combat contre l’antisémitisme ne doit pas être dissocié de la lutte antiraciste et, pour être efficace, doit se faire au nom de l’universalisme républicain.

L’universalisme représente un idéal ambitieux et moderne, face aux tendances séparatistes ou uniformisantes de militantismes racialisants et différentialistes.

Avec : Iannis Roder
Historien, membre du Conseil des sages de la laïcité et professeur d’histoire-géographie ; Directeur de l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean Jaurès.

L’entretien était mené par Jean-Luc Laronce

Conférences - Débats

« Covid: accélérateur des inégalités – Partie 1, table ronde du 5 mars 2021, dans le cadre des 3ièmes Rencontres de l’égalité.

Publié le

Les 3ièmes rencontres de l’égalité se sont déroulées du 1ier au 6 mars 2021, organisées par le Conseil départemental de Haute-Garonne, à l’initiative  de Vincent GIBERT, conseiller départemental en charge du programme d’actions contre toutes les formes de discriminations : « les « Chemins de la République ».

Le quotidien des Français a été percuté par le séisme d’une pandémie inédite qui est venue se superposer avec une situation sociale où les inégalités et les fragilités semblent s’être creusées ces dernières années.

La crise que nous traversons à l’heure actuelle est sanitaire, bien sûr, mais aussi économique et sociale : le confinement a fait basculer une partie de la population dans la pauvreté.

Les inégalités resurgissent au grand jour, les acteurs associatifs en sont témoins. La crise du coronavirus exacerbe surtout de “petites inégalités” selon François Dubet.

L’ensemble de notre système social est mis au défi et cette crise interroge également la notion d’utilité sociale et la question de l’organisation collective de la solidarité.

Avec :

  • François Dubet  sociologue, ancien directeur d’étude à l’EHESS et à l’université de Bordeaux. Son travail en sociologie porte sur la fabrication des inégalités. Il a écrit de nombreux ouvrages, notamment le dernier qui s’intitule Ce qui nous unit. Discriminations, égalité et reconnaissance et encore : Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations La galère, jeunes en survie.
  • Sarah Barrière, Association pour Vaincre l’Exclusion des Citoyens (AVEC) 
  • Yamina Aïssa Abdi, Izards Attitude, association citoyenne de quartier.

La table ronde était animée par Jean-Luc LARONCE

https://assoavec.org/

https://www.parents31.fr/detail-structure/izards-attitude/

https://www.facebook.com/izards.attitude/